HISTOIRE DE LA MUSIQUE MERENGUE

Un aperçu des styles de base de la musique merengue : Du typique – « perruche ripiao » à l’orchestre.

Le merengue est une danse et une musique née des Caraïbes . Habituellement associé à la République dominicaine en raison, à la fois, de l’énorme Merengue4popularité internationale du merengue dominicain et de la visibilité accrue des immigrants dominicains aux Etats-Unis . Même si d’autres types de merengue se sont également  développés en Haïti, Colombie et Venezuela dans le 19ème siècle. Aujourd’hui, le merengue est considéré comme la musique nationale de la République dominicaine.

Trois principaux types de merengue sont joués en République dominicaine, aujourd’hui . Bien que similaire en rythme, ils se distinguent surtout par leur instrumentation et leur répertoire.

merengueLe Perico ripiao, qui est habituellement appelé ‘merengue típico’ en République Dominicaine est le plus ancien des styles et est encore couramment joué aujourd’hui. Il est né dans la région nord de la vallée, autour de la ville de Santiago appelé le Cibao, une zone agricole et rurale, de sorte que certains merengueros l’appellent la « Country Music » de la république Dominicaine. Il apparaît historiquement dans les années 1840.

Les moralistes ont alors essayé de l’interdire en raison de ses paroles suggestives et desdanseur mouvements sensuels des danseurs de merengue . Le nom même de la musique : « perico ripiao » est sujet à controverse : littéralement « arraché perroquet », du nom du bordel où la musique était jouée. Bien sûr, tous les efforts visant à censurer cette musique ont échoué et ont été largement contre-productifs, puisque sa popularité a perduré jusqu’à aujourd’hui.

Dans un premier temps, le merengue típico cibaeño (merengue traditionnel Cibaoen ) a été joué sur des instruments à cordes comme le tres et cuatro, mais quand les Allemands sont arrivés sur l’île à la fin du 19e siècle, l’accordéon a rapidement remplacé les cordes comme instrument principal . Les deux principaux instruments de percussion, Guira et tambora font partie de l’ensemble depuis la création de la musique, et sont si importants qu’ils sont souvent considérés comme les symboles même du pays. guiraLe güira est un grattoir en métal d’origine indigène Taino, tandis que le Tambora est un tambour à deux têtes d’origine africainetambora. En collaboration avec l’accordéon européen, le groupe typique symbolise les trois cultures qui se sont combinées pour faire la République dominicaine d’aujourd’hui.

La chanson Merengue típico est généralement composée de deux parties partition. La première partie est rythmiquement simple et est utilisée pour introduire du matériel mélodique et lyrique de la chanson, les couplets sont chantés et la seule improvisation se produit à la fin des lignes de la chanson en accompagnement de l’accordéon ou du saxophone . La deuxième partie est dominée par l’improvisation, les rythmes deviennent plus complexes et les instruments mélodiques (sax et accordéon) s’unissent pour jouer des riffs accrocheurs, ou des jaleos syncopés. Ce qui motive et stimule les danseurs.

Nico LoraUn apport important dans les débuts du merengue ; Francisco « nico » Lora    .(1880-1971), est souvent crédité d’avoir popularisé rapidement le merengue au début du 20e siècle . Lora a qui on a demandé combien de merengues, il avait composés dans sa vie a répondu : (probablement sans beaucoup d’exagération) «Des milliers», , et beaucoup de ses compositions sont toujours des standards du répertoire typique. Il était un improvisateur de talent qui pouvait composer des chansons sur place, à la demande . Il a souvent été comparé à un journaliste car ses chansons ont souvent commenté les événements d’actualité, tels que l’indépendance de Cuba, la Première Guerre mondiale, l’arrivée de l’avion ou l’occupation américaine de la République dominicaine.

Parmi les contemporains de Lora : Toño Abreu et Hipólito Martínez, sont surtout connus pour le merengue « Caña Brava ». Cette chanson populaire a été composée en 1928 ou 1929 pour une publicité pour le rhum Brugal. Brugal aurait, selon la légende, payé Martínez 5 $ pour ses efforts.

Le merengue a connu une brusque progression pendant le règne du dictateurRafael-Leonidas-Trujillo-Molina Rafael Trujillo de 1930 à 1961. Bien que provenant du sud plutôt que de Cibao, il a décidé que le style rural de perico ripiao devait être le symbole national dominicain. Comme tout dictateur, mégalomane, il avait constamment besoin de nourrir son ego, et ordonna de composer de nombreux merengues en son honneur. Avec des titres comme « alphabétisation », « Trujillo est grand et immortel» et «Trujillo le grand architecte », ces chansons décrivent ses vertus et vantent ses contributions au pays. L’intérêt de Trujillo pour le merengue encourage le style et crée une place prépondérante pour  cette musique, à la radio et dans les salles de bal respectables. Des musiciens comme Luis Alberti commence à le jouer en big band ou en orchestre symphonique, remplaçant  l’accordéon par une section de cuivres et créant ainsi la scission entre ce nouveau style, principalement urbain : « l’orquestra », et le style initial rural le :  » Perico ripiao ».

 Le premier merengue à atteindre le succès à tous les niveaux de la société en 1936 : Le « Compadre Pedro Juan » d’Alberti . C’est une reprise de « Les Ecos » de Garcia , lui-même basé sur une mélodie folklorique antérieure ; Il perpétue ainsi une tradition de longue date dans l’histoire du merengue : Créer des chansons en appliquant de nouvelles paroles sur des mélodies recyclées . Le merengue est devenu de plus en plus populaire dans tout le pays grâce à la promotion de Petan Trujillo,  frère du dictateur, sur sa station de radio parrainée par l’État : « La Voz Dominicana ». Des musiciens comme Luis principal et Pedro Pérez y conservèrent un auditoire intéressé en inventant de nouvelles variantes comme le « bolemengue » et « jalemengue. »

Après l’assassinat de Trujillo en 1961, le merengue « orquesta » a subi de grands changements. Au cours de cette décennie, le Combo Show de Johnny Ventura a déplacer les foules avec ses chorégraphies voyantes, ses sections de cuivres allégées, et ses influences salsa. Dans les années 1970, Wilfrido Vargas a accéléré le tempo et incorporé les influences du disco et du rock. (Aujourd’hui, le terme «orquesta », signifiant simplement un grand ensemble musical et est utilisé pour décrire les groupes de merengue pop basés sur le Ventura’S et le modèle de Vargas, ainsi que l’ancien style Alberti.) En outre, un nouveau rythme appelé « merengue a lo Maco » est apparu et a été popularisé par des groupes comme Los Hermanos Rosario et Cheche Abreu. Beaucoup moins compliqué que les autres rythmes de merengue, il a été particulièrement utile pour adapter les chansons d’autres styles comme la bachata, la vallenato colombienne, les rancheras mexicaines et la pop nord-américaine. Ce processus de refonte est appelé fusilamiento et continue d’être une source pour de nombreux hits de merengue à ce jour.

Différents musiciens ont contribué à apporter leur style au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Tatico Henríquez est considéré comme le parrain du « merengue moderne típico », il a remplacé le marimba par la basse électrique et a ajouté un saxophone  pour l’harmoniser avec l’accordéon. Compositeur prolifique, l’influence de Tatico ne peut pas être sous-estimée ; diffusé nationalement à la radio et à la télévision, sa musique est à tous les coins de rue, ce qui conduit à l’imitation générale de son style et la diffusion massive de ses compositions . Aujourd’hui, ses œuvres forment le noyau dur du répertoire de tout  musicien . Autres innovations de cette période, l’ajout de la grosse caisse (Maintenant jouée par le güirero avec une pédale). Plusieurs des meilleurs accordéonistes d’aujourd’hui ont également commencé leur carrière au cours de cette période comme El Ciego de Nagua, Rafaelito Román, et Francisco Ulloa.

Le Merengue est écouté à New York depuis les années 30,  cependant, il a fallu attendre la migration massive des Dominicains dans les années 1960 et 1970 pour que la musique atteigne un public de masse. En 1967, Joseíto Mateo, Alberto Beltrán, et Primitivo Santos donnent, pour la première fois, un grand concert de merengue au Madison Square Garden . Plus tard, basés à New York, des groupes comme La Gran Manzana et Milly, Jocelyn y los Vecinos, un groupe original mené par des femmes ont gagné une réputation dans la diaspora ainsi qu’à leur retour sur l’île.

Dans les années 1980 le merengue était si répandu qu’il a même battu la salsa sur les ondes.chicas del can Cette décennie a également été marquée par un boom des orchestres entièrement féminins tels que le ‘Las Chicas del Can’ qui est devenu particulièrement populaire.

Dans les années 1990, la plupart des groupes ont maintenu la formation des cinq hommes : Accordéon, saxo, tambora, güira, et guitare basse, avec seulement quelques nouvelles innovations par certains chefs de groupe plus jeunes qui ont ajouté congas, timbales (joué par le Tamborero) et claviers à leurs groupes pour tenter de combler le fossé entre formation típico et orquesta et accroître leur auditoire. L’artiste le plus populaire à l’heure actuelle est El Prodigio, un jeune accordéoniste respecté par les musiciens de típico de tous âges. Bien qu’il soit devenu célèbre pour avoir enregistré ses propres compositions dans un style moderne, il  capable d’effectuer tous les « standards » du répertoire traditionnel et típico ou d’être un talentueux improvisateur jazzy. Basé à New York des groupes comme Fulanito ont expérimenté la fusion de l’accordéon típico avec la voix de rap et ont pu faire connaître le merengue típico à de nouveaux publics.

Depuis lors, des musiciens comme Juan Luis Guerra, formé à l’école Berklee de Boston, et ancien rocker, Luis Díaz ont vraiment internationalisé la musique. Guerra a collaboré avec des guitaristes africains, expérimenté des sons des Caraïbes indigènes, et a exploré les racines de la musique dominicaine avec le célèbre accordéoniste Francisco Ulloa, tandis que Díaz (un innovateur depuis son travail, en 1970, avec le groupe folklorique Convite) a fusionné merengue, rock, merengue típico et bachata dans l’ensemble de ses productions .

Au 21e siècle, les musiciens ont commencé à exprimer leur peur que le style soit éclipsé en popularité par la bachata et la salsa et c’est peut-être pour cette raison que certains chanteurs de pop merengue sont allés à l’extrême pour attirer l’attention, comme Tulile ou de Toño Rosario . Mais même sans singeries, les enregistrements de groupes comme Los Toros Band, Rubby Pérez, Alex Bueno, Sergio Vargas, et le toujours populaire Los Hermanos Rosario continuent à bien se vendre. le Pop-merengue a également une force remarquable sur l’île voisine de Porto Rico, qui a produit ses propres stars, comme Olga Tañón et Elvis Crespo qui permettent aux couples, aujourd’hui, d’évoluer  de façon majestueuse le long des pistes de danse .

Traduction aproximative de IASO record